Mieux comprendre, planifier et construire nos milieux de vie.

Centralité

Une centralité désigne une concentration d’activités ayant un pouvoir structurant sur un territoire plus large. L’importance des activités (économique, politique, culturelle, etc.) et les caractéristiques physiques du lieu (emplacement, accessibilité, densité, etc.) renforcent à la fois l’effet d’attraction et de diffusion d’une centralité.

On distingue deux types de centralités. La centralité d’agglomération (centre-ville, centre secondaire) a un pouvoir structurant tant à l’échelle du quartier qu’à l’échelle de l’agglomération et exprime parfois une thématique dominante, comme les loisirs ou l’éducation. La centralité locale (noyau villageois, rue principale, cœur de quartier) a un pouvoir structurant à l’échelle du quartier, voire, en milieu peu densément urbanisé, à l’échelle d’un territoire plus vaste.

Résultats de recherche pour : "Centralité"

  • Stationnement dans les centralités

    La centralité (p. ex. le centre-ville, la rue principale, le noyau villageois, le cœur de quartier) et le stationnement sont engagés dans un mariage malheureux. La centralité a besoin du stationnement pour accueillir une grande partie des visiteurs qu’elle attire et serait pénalisée par une pénurie de stationnement, qu’elle soit réelle ou perçue. Pourtant, les aires de stationnement peuvent altérer les atouts de la centralité à l’origine de son attractivité : le nombre et la proximité des activités socioéconomiques, l’échelle humaine du milieu, la qualité et le caractère distinctif du milieu.
  • Mobilité durable

    La mobilité durable réfère à la mise en place d’une politique globale des déplacements qui applique les composantes du développement durable aux transports. Elle repose donc sur un système de transport : qui permet aux individus de satisfaire leurs principaux besoins d’accès d’une manière équitable, sécuritaire et compatible avec la santé; dont le coût est raisonnable, qui fonctionne efficacement, qui offre un choix de moyens de transport et qui appuie une économie dynamique; qui minimise la consommation d’espace et de ressources, qui s’intègre au milieu et qui réduit les émissions de gaz à effet de serre ainsi que les déchets. (Vivre en Ville, d’après Québec. OQLF, 2017, et Centre pour un transport durable, 2002)
  • Intermodalité

    Les pratiques intermodales se rapportent à l’utilisation de plusieurs modes de transport distincts au cours d’un même déplacement. Cette pratique peut être facilitée par l’articulation d’une offre de transport multimodale au sein d’interfaces appelés pôles d’échanges, de même que par une approche intégrée de l’information destinée à l’usager et de la tarification des services. La flexibilité et l’efficacité d’une offre de transport intermodale permet de diminuer le recours à l’automobile privée et constitue un volet d’une stratégie de mobilité durable.
  • Verdissement en contexte de densification

    Le verdissement en contexte de densification vise à contrer les conséquences négatives des projets immobiliers sur la qualité des milieux de vie. Il vise un objectif double : préserver les qualités existantes des secteurs déjà urbanisés, en plus de contribuer à leur verdissement. Plus largement, il vise aussi à créer des milieux de vie agréables et favorables à la santé.
  • Sécurité sur les strips commerciales

    Dominé par des voies de circulation à caractère routier marqué, un nombre réduit d’intersections et de vastes aires de stationnement en façade, l’environnement des strips commerciales, est particulièrement hostile (Gehl, 2011) et dangereux (Southworth, 2005) pour les piétons et les cyclistes.
  • Intersection conviviale

    L’intersection de rues tertiaires, où se rencontrent deux ou plusieurs chaussées (Québec. MTMDET, 2017) de rues locales, est traditionnellement aménagée de manière à répondre à des défis de sécurité routière et de fluidité de la circulation. Sous sa forme traditionnelle, elle apparaît comme un des espaces publics les moins conviviaux. L’aménagement d’une intersection conviviale appelle un changement radical d’approche, centré sur la qualité de l’espace, le confort qu’il offre aux personnes et sa capacité à favoriser les liens sociaux.
  • Compacité / Densité

    Densité et compacité sont deux notions indissociables si l’on veut réellement tirer profit de leurs avantages. La densité brute se rapporte au nombre de logements sur une superficie donnée, peu importe la forme et l’agencement des bâtiments et des espaces publics ou privés. La compacité, quant à elle, réfère au rapport entre les surfaces bâties et non bâties. Il s’agit d’une manière d’occuper le territoire, de façon à créer des liens (physiques et sociaux) en limitant les vides et les discontinuités. La compacité permet de créer des milieux de vie à la fois denses et conviviaux, respectueux de l’échelle humaine et favorables à la création d’une ville des courtes distances. Ce mode d’occupation du territoire se veut une réponse aux problèmes engendrés par l’étalement urbain.
  • Accessibilité des milieux de vie : la mobilité active des aînés

    La possibilité, pour les aînés, de recourir aux modes déplacement actifs pour se rendre de manière autonome à différentes destinations (lieu de résidences, commerces, services, équipements publics, etc.) est un élément essentiel de l’accessibilité d’une collectivité. La mobilité active constitue par ailleurs un facteur particulièrement déterminant pour la qualité de vie des aînés, plus à risque de se trouver en situation de vulnérabilité sociale, économique, ou physique.
  • Problématique des systèmes alimentaires

    Un système alimentaire durable est un réseau de collaboration territorial qui intègre la production, la transformation, la distribution, la consommation de produits alimentaires et la gestion des matières résiduelles, dans le but d’accroître la santé environnementale, économique et sociale de la collectivité. Il comprend les acteurs, les activités et les infrastructures interpellés par la sécurité alimentaire d’une population et repose sur une gouvernance alimentaire territoriale. Des initiatives en faveur des systèmes alimentaires durables se multiplient partout dans le monde afin de résoudre les nombreux enjeux auxquels ils font face.
  • Équité

    L’équité urbaine est un objectif qu’une ville peut poursuivre en résorbant les inégalités et les exclusions, relatives à l'accès à ses différentes composantes. Elle repose sur des politiques publiques permettant à chacun d’habiter dignement le territoire, de participer à la vie publique, culturelle, politique (p. ex. droits des groupes minoritaires, accès aux espaces publics, participation citoyenne), d’accéder aux lieux d’emploi et de services, mais aussi d’apporter une juste contribution sur le plan économique et fiscal.
  • Mode de vie physiquement actif

    Mode de vie où des activités physiques sont intégrées au quotidien, tant pour le loisir que pour des raisons utilitaires comme les déplacements. Dans un contexte où la population est de plus en plus sédentaire, avec d’importants problèmes de santé publique associés, la promotion d’un tel mode de vie participe de politiques publiques en matière de prévention et d’amélioration de la santé. Plusieurs caractéristiques de l’environnement bâti dans lequel évoluent les individus peuvent influencer l’adoption et le maintien d’un mode de vie physiquement actif. Des milieux de vie compacts où diverses activités sont rapprochées des résidences, un design de rues qui facilite et sécurise les déplacements, ainsi qu’un service de transport collectif accessible et efficace, sont parmi ces caractéristiques.
  • Défis du vieillissement en aménagement

    Le vieillissement de la population est un phénomène en pleine croissance. Si nombre d’aînés sont encore actifs aujourd’hui, l’éventualité qu’ils perdent de leur autonomie ou qu’ils soient touchés par une incapacité pose un défi d’aménagement pour leur permettre, notamment, de continuer à se déplacer en toute sécurité. Le vieillissement de la population exige que les collectivités s’ajustent sur le plan de l’offre résidentielle, de transport et de services. Très peu de municipalités sont prêtes à répondre adéquatement à ces besoins aujourd’hui, ce qui présente une opportunité d’améliorer et de rendre plus durables les milieux de vie, pour tous.
  • Design actif en contexte hivernal

    L’approche d’aménagement axée sur le design actif cherche à créer des environnements urbains favorables aux saines habitudes de vie. Les conditions hivernales des différentes municipalités du Québec viennent bouleverser les comportements et les habitudes de la population : de l’endroit où elle consomme à la manière de se divertir, sans oublier le mode de transport qu’elle privilégie. L’approche du design actif doit par conséquent prendre en considération les contraintes imposées par l’hiver.
  • Sécurité des déplacements actifs

    La sécurité réfère à une situation où les conditions matérielles, économiques ou politiques font en sorte que les personnes sont hors de danger. Dans le cas plus précis de la sécurité routière, il est question d’un ensemble de mesures destinées à protéger les personnes (CNRTL, s.d.; Québec. OQLF, 2008). En matière de déplacements actifs, les mesures de sécurité privilégiées sont d'ordinaire d'ordre technologique, ou bien relèvent de la sensibilisation des usagers de la route quant aux comportements fautifs. Les racines environnementales de l'insécurité sont rarement prises en considération. Or, l'aménagement et la forme des milieux de vie sont indissociables de la sécurisation des déplacements actifs.
  • Habitat durable

    L’habitat durable désigne un milieu bâti, dont les habitations qui le composent, contribuant au développement de collectivités viables. Au-delà du caractère écologique des bâtiments, la notion d’habitat durable fait référence à un cadre de vie confortable et attrayant qui soutient des modes de vie eux-mêmes durables. En effet, l'habitat durable est, d'une part, axé sur la performance énergétique des habitations et la réduction de l'empreinte écologique (notamment à l'égard du bilan énergétique) de leurs occupants dans l'ensemble de leurs activités. Il est, d'autre part, conçu pour contribuer à la qualité du milieu de vie et pour répondre aux besoins de ménages aux profils variés.
  • Ville d’hiver : la mobilité active des aînés

    Permettre aux aînés de satisfaire leurs besoins quotidiens à pied en toute saison impose aux collectivités de relever trois défis : démographique, urbanistique et climatique. Trois ensembles de facteurs réduisent considérablement leur capacité à se déplacer avec aisance et en sécurité dans ces conditions : le déclin de leur motricité et de leur mobilité associé à leur vieillissement; l’aménagement des milieux de vie et les options de mobilité peu adaptés à leurs besoins; ainsi que l’obscurité, la froideur et, de plus en plus, en raison des changements climatiques, l’alternance des précipitations de pluie et de neige associées à l’hiver mouillé québécois.
  • Mixité des activités

    La mixité des activités réfère à la présence de différentes activités dans un même lieu : activités résidentielles et socioéconomiques (bureaux, commerces, institutions, services publics, parcs, etc.). Cette diversité s’observe à l’échelle de la rue (mixité horizontale) ou à l’intérieur d’un même bâtiment (mixité verticale). La mixité des activités d’un lieu entraîne l’utilisation de ce dernier à différentes fins (mixité d’usages) et est une condition essentielle à ce que l’entité urbaine à laquelle appartient ce lieu exerce une diversité de fonctions et devienne un milieu de vie complet. La notion de mixité s'oppose à celle de ségrégation des activités.
  • Localisation des activités

    La localisation des activités désigne la distribution et l’implantation des destinations d’emplois et de services (études, achats, soins, loisirs, etc.) sur un territoire donné. Elle renvoie tant aux décisions immobilières qu’à leur encadrement par les collectivités. Par leur localisation, les activités dessinent la structure de la ville et déterminent les pratiques et les modes de vie. Elles influencent notamment l’animation des milieux de vie, la mobilité et les coûts de desserte en services publics.
  • Logistique des systèmes alimentaires de proximité

    L’amélioration des systèmes alimentaires de proximité (SAP) passe notamment par l’optimisation de leur logistique. Celle-ci regroupe l’ensemble des activités et des processus qui permettent d’assurer le flux efficient des produits alimentaires et de l’information, du point d’origine au point de consommation, en passant par les points d’entreposage et de distribution (d’après OQLF, 2013). L’optimisation de la logistique est identifiée comme étant l’un des principaux leviers pour améliorer la performance des SAP.
  • Protection du territoire et des activités agricoles

    La protection du territoire et des activités agricoles désigne l’ensemble des actions, lois et règlements visant à assurer la pérennité de l'agriculture : en évitant la perte de terres arables, notamment dans le cas de l’urbanisation; en luttant contre la fragilisation du territoire et des activités agricoles, notamment due à une cohabitation avec des activités non compatibles; en valorisant la production agricole durable et locale.