Mieux comprendre, planifier et construire nos milieux de vie.

Ville d'hiver et changements climatiques

Catégorisé dans:

Une ville d’hiver se définit comme un ensemble urbain subissant les cinq éléments de base suivants (Pressman, 1995) :

  1. une température normalement sous le seuil du gel;
  2. des précipitations, habituellement sous forme de neige;
  3. un nombre restreint d'heures d'ensoleillement;
  4. des périodes prolongées des trois éléments ci-dessus;
  5. des variations saisonnières.

Connaître nos hivers pour mieux s'y adapter

Les impacts qu’ont les conditions hivernales sur la collectivité et l’individu justifient de développer des plans à long terme visant à mieux adapter nos villes à l’hiver. Agir ainsi aurait le potentiel de :

Aménager la ville pour qu'elle soit agréable pendant les quatre saisons | Source : Castor et Pollux

  • diminuer l’impact de l’hiver sur la santé physique et psychologique de la population;
  • maximiser l’efficacité et la qualité de l’entretien hivernal;
  • offrir un milieu de vie animé qui incite à l’activité physique;
  • faciliter les déplacements actifs et collectifs;
  • développer de nouvelles opportunités sur le plan économique;
  • célébrer l’apport de l’hiver à notre identité collective.

Pour ce faire, la création de collectivités viables en milieu nordique doit considérer les variations saisonnières dans la construction de la ville des courtes distances. La géométrie du cadre bâti et l’aménagement des espaces publics peuvent permettre de créer un milieu de vie agréable et efficace durant les quatre saisons.

Adapter la ville à l’hiver nécessite de prendre en considération les caractères multiples de l’hiver et l’évolution de la relation qu’entretient la population locale avec les différents stades de cette saison. Cet objectif impose aux villes de bien connaître les conditions propres à leur climat local afin de mieux cerner les enjeux particuliers, de se comparer à des collectivités au contexte similaire et de mieux diriger les investissements. Mieux adapter la ville à l’hiver implique également d’entrevoir les effets qu’auront les changements climatiques sur la saison froide, pour que les aménagements réalisés aujourd’hui s’intègrent harmonieusement au devenir de notre climat.

Voilà pourquoi les collectivités ont avantage à se doter d'outils pour caractériser leurs conditions hivernales et à entrevoir l’évolution de leur climat.

Les villes d'hiver du Québec

L’analyse des normales climatiques (Canada. ECC, 2018) de 26 localités à travers le Québec, entre 1981 et 2010, a mené à l’identification de cinq types de villes d’hiver :

Ville d’hiver mouillé Ville d’hiver Ville d’hiver maritime Ville d’hiver boréal Ville nordique
Sévérité du froid : degrés-jours inférieurs à 0 °C  850 - 1000 1000 - 1250 1150 - 1400 1500 - 2000 2000 et plus
Nombre de jours avec précipitations de pluie en janvier – février 8 - 10 6 - 8 5 - 7 4 - 5 0 - 2
Précipitations annuelles de neige (cm) 180 - 280 250 - 300 350 - 380 280 - 320 225 - 250
Nombre de jours propices aux activités estivales : où T° > 10 °C 190 - 200 175 - 185 160 - 175 150 - 170 100 - 125
Nombre de jours de gel 145 - 170 170 - 190 190 - 200 190 - 215 230 - 245
Nombre de jours propices aux activités hivernales (entre 0 °C et -20 °C) 50 - 60 55 - 65 60 - 70 55 - 65 60 - 70
Nombre de jours où épaisseur de neige ≥ 5 cm 100 - 110 115 - 130 120 - 150 130 - 150 175 - 185
Nombre de jours où la durée de la clarté < 9 h  45 - 50 50 - 60 65 - 70 60 - 70 90 et plus
Exemples Gatineau, Montréal Baie-St-Paul, Québec Baie-Comeau, Gaspé Saguenay, Chibougamau Grande-Rivière, Kuujjuaq
Tableau 1. Types de villes d’hiver au Québec | Source : Vivre en Ville, d’après Environnement Canada

Figure 1. Caractéristiques hivernales de villes québécoises | Source : Vivre en Ville, d’après les données d’environnement Canada

Ville d’hiver mouillée

L’hiver est plus court et ponctué de nombreux redoux, donnant lieu à un cocktail de précipitations plus difficile à gérer. Il y a un certain risque à compter sur la présence de neige pour l’organisation d’un événement. La sloche et la glace doivent particulièrement être prises en compte.

Ville d’hiver

L’hiver est froid et enneigé. La période de gel s’étire sur environ six mois. Les activités hivernales sont possibles en raison de la constance de la couverture de neige. Malgré tout, la ville d’hiver n’échappe pas à des périodes de redoux et à des épisodes de pluie.

Ville d’hiver maritime

Les précipitations totales sont abondantes, les épisodes de chute de neige de plus de 10 cm sont plus nombreux qu’ailleurs. La proximité avec le golfe du Saint-Laurent tempère les extrêmes, ce qui mène à des précipitations sous forme de pluie à l’occasion. La gestion des précipitations et des tempêtes doit être efficace. On peut compter sur de fortes accumulations de neige pour les évènements et les loisirs.

Ville d’hiver boréale

Le gain en altitude et l’éloignement des grandes étendues d’eau crée des conditions quasi glaciales, où l’on retrouve un peu moins de précipitations que dans la région du golfe du Saint-Laurent. L’hiver reste long et enneigé, avec peu de périodes de redoux, d’où l’intérêt de bien adapter la ville d’hiver boréale à son climat et de savoir créer des microclimats favorables au confort des usagers. Les espaces publics intérieurs prennent également de l’importance.

Ville nordique

Le froid arctique s’étire pendant une bonne partie de l’année. En raison des froids extrêmes, les précipitations de neige ne sont pas très abondantes, mais la période d’enneigement est longue. La lumière du jour est également rare. La création de microclimats et d’environnements lumineux contribuent à l’attractivité des espaces extérieurs.

Évolution des hivers québécois

Ouranos (2015) a publié un document faisant état des connaissances sur les changements climatiques au Québec. De manière générale, on y note que l’ensemble du territoire du Québec connaît une tendance au réchauffement des températures et à l’augmentation des précipitations durant la saison froide. Partant de ce constat, on y élabore des projection sur l'évolution des conditions hivernales au Québec. C’est pendant l’hiver que les hausses des températures moyennes devraient être les plus intenses, et ce, pour toutes les régions du Québec. Les hausses seraient toutefois plus marquées au nord qu’au sud.

Ces variations auraient une incidence sur les précipitations sous forme de neige et la durée de la période d’enneigement. On peut également prévoir une augmentation des cycles de gel-dégel ainsi qu’une forte réduction dans le nombre annuel de jours de gel. La diminution des accumulations de neige mènerait à une fonte printanière de plus en plus hâtive.

L’évolution climatique devrait varier en fonction des différentes régions, de l’altitude, du régime climatique, du type de surface et de la végétation. Ouranos rapporte les faits saillants suivants pour les régions de référence identifiées ci-dessous. Il est important de nuancer ceux-ci en fonction du type de modélisation sur lesquelles ils se basent. Le scénario à émissions de GES stables est nommé « RCP 4,5 ». Le scénario à émissions de GES élevées se nomme « RCP 8,5 ».

Figure 2. Zones de référence | Source : Ouranos, 2015

Faits saillants pour le sud du Québec

Températures pour les mois de décembre, janvier et février
  • Horizon 2050 : + 1,8 °C à + 4,3 °C (RCP 4,5).
Précipitations pour les mois de décembre, janvier et février
  • Horizon 2050 : + 2 à + 22 % (RCP 4,5).
  • Diminution des précipitations de neige d’environ 20 cm.
Durée de l’enneigement
  • L’enneigement atteindrait dorénavant son maximum en février et aurait une accumulation moindre que ce que l’on a connu dans la période 1971-2000.
  • Selon le scénario de fortes émissions de GES (RCP 8,5), il y aurait de 45 à 65 jours enneigés de moins pour la période 2041-2070 par rapport à la moyenne de 1971-2000.
Période de gel
  • Diminution de la période gel de l’ordre de 20 à 34 jours.
  • Épisodes de gel-dégel seraient plus nombreux pendant l’hiver, mais moins nombreux à l’automne et au printemps.

Faits saillants pour le centre du Québec

Températures pour les mois de décembre, janvier et février
  • Horizon 2050 : + 2,2 °C à + 5,6 °C (RCP 4,5).
Précipitations pour les mois de décembre, janvier et février
  • Horizon 2050 : + 7 à + 25 % (RCP 4,5).
Durée de l’enneigement
  • Les régions montagneuses du Centre-du-Québec verront peu de changement dans l’épaisseur de neige maximale, mais les terres plus basses au sud et à l’ouest peuvent s’attendre à une réduction d’environ 20 cm.
  • Selon le scénario de fortes émissions de GES (RCP 8,5), il y aurait de 25 à 45 jours enneigés de moins dans le Centre pour la période 2041-2070 par rapport à la moyenne de 1970-1999.
Période de gel
  • Les observations par rapport à l’évolution récente du climat démontrent que la période de gel s’est raccourcie. Les données de modélisation pour l’horizon 2050 ne sont toutefois pas disponibles.

Faits saillants pour le golfe du Saint-Laurent

Températures pour les mois de décembre, janvier et février
  • Horizon 2050 : + 1,4 °C à + 4,1 °C (RCP 4,5).
Précipitations pour les mois de décembre, janvier et février
  • Horizon 2050 : + 2 à + 17 % (RCP 4,5).
Durée de l’enneigement
  • Selon le scénario de fortes émissions de GES (RCP 8,5), il y aurait de 45 à 75 jours enneigés de moins pour la période 2041-2070 par rapport à la moyenne de 1970-1999.
Période de gel
  • Diminution de la période de gel de l’ordre de 20 à 34 jours.

Faits saillants pour le nord du Québec

Températures pour les mois de décembre, janvier et février
  • Horizon 2050 : + 3,1 °C à + 7,8 °C (RCP 4,5)
Précipitations pour les mois de décembre, janvier et février
  • Horizon 2050 : + 4 à + 37 % (RCP 4,5)
Durée de l’enneigement
  • Aux environs de Kuujjuaq, l’enneigement survient 1-2 semaines plus tard en automne et se termine de 3-4 semaines plus tôt au printemps qu’il y a une trentaine d’années. 

  • Selon le scénario de fortes émissions de GES (RCP 8,5), les réductions atteignent jusqu’à 25 jours dans le nord du Québec pour la période 2041-2070 par rapport à la moyenne de 1970-1999.
Période de gel
  • Les observations par rapport à l’évolution récente du climat démontrent que la période de gel s’est raccourcie. Les données de modélisation pour l’horizon 2050 ne sont pas disponibles.

Vers des milieux de vie résilients aux changements climatiques

La résilience saisonnière vise une adaptation à l’évolution des saisons, mais également aux différents stades d’une même saison. On tente ainsi de créer un milieu de vie qui sera attrayant et efficace sous l’ensemble des conditions météorologiques auxquelles est exposée une ville. On tente également d’arriver à cet objectif sans avoir à dédier d’importantes ressources pour adapter l’environnement aux changements saisonniers, comme par exemple, sans la pose ou le retrait de mobilier urbain, de patinoire extérieure ou de lumières.

Pour ce faire, il est particulièrement avisé de combiner au sein d’un même design les spécificités saisonnières liées à l’entretien, à l’accessibilité, au confort de l’usager, à l’offre récréative et à l’environnement visuel.

Mieux connaître le climat actuel et en devenir représente ainsi une première étape pour développer des stratégies éclairées et commencer à adapter les milieux de vie aux changements climatiques.

Partager cette page

Références

CANADA. ECC [Environnement et changement climatique Canada] (2018). Normales climatiques canadiennes 1981-2010, Ottawa (Ontario) : Gouvernement du Canada. [En ligne] (consulté le 7 août 2018)

OURANOS (2015) Vers l’adaptation : synthèse des connaissances sur les changements climatiques au Québec Édition 2015. Montréal : Ouranos. [PDF] 417 p.

PRESSMAN, Norman (1995). Northern cityscape, Linking design to climate. Yellowknife : Winter cities association. 244 p.